Bienvenue à la paroisse orthodoxe Saint Hermogène
Archevêché des Églises Orthodoxes de tradition russe en Europe Occidentale
Exarchat du Patriarcat Œcuménique de Constantinople



HORAIRES DES OFFICES

Divine liturgie à 10h30 tous les dimanches

Bulletin de la paroisse



Autres offices et tous renseignements: téléphoner au prêtre
Père Jean Gueit (recteur) 
tél  04 42 22 25 05 - 06 13 55 51 62
email jean.gueit (a) free.fr

Notre site : www.sthermogene.com


 
La paroisse ne vit que de la générosité des fidèles.
Merci de la soutenir comme vous pouvez

Ass Cult Orthodoxe russe de Marseille
IBAN : FR59 2004 1010 0807 6192 3S02 956
BIC : PSSTFRPPMAR




Chers Frères et Soeurs,

La reprise de la vie liturgique de notre communauté paroissiale coïncide comme chaque année avec le « nouvel an ecclésial (ou ecclésiastique ». L’histoire du calendrier liturgique est complexe et a beaucoup évolué dans le temps. Recevons le, tel qu’il se présente aujourd’hui et qui fonde le titre de l’ouvrage d’un moine de l’Eglise d’Orient ( père Lev Gillet) : « L’an de grâce du Seigneur ». L’année liturgique est articulée autour des lectures pastorales (épître et évangile), de la commémoration des saints mais surtout autour des douze fêtes dites « majeures » qui nous font revivre tout le plan de rédemption, de notre salut, qui commence par la « Nativité de la Mère de Dieu » -Théotokos- qui a permis l’Incarnation, la venue du Christ-Dieu dans le monde « pour le salut du monde » et s’achève par la « Dormition de la Mère de Dieu », aujourd’hui auprès de son Fils, qui intercède sans cède auprès de Lui pour nous.
Et nous avons besoin sans cesse du rappel de ce qui fonde notre espérance, notre foi-confiance, au-delà de toutes les tribulations qui secouent et le monde et nos vies personnelles au travers des maladies, des décès, des inquiétudes et incertitudes pour l’avenir. L’Eglise, depuis sa naissance prie pour le monde sans appréhender sans doute le sens exact du concept ou la dimension du monde.
Les contemporains du Christ, de Bethlehem au Golgotha n’appréhendaient un monde que perceptible à distance humaine, quelques dizaines de kilomètres….Aujourd’hui cette distance perceptible est planétaire – l’oukoumene- universalité de la terre habitée. Quand bien même « nous ne sommes pas du monde » nous sommes dans le monde. Et c’est cette terre habitée, c’est-à-dire en premier lieu tout le genre humain que le Seigneur est venu « sauver et non juger (Jn XII-47).

Père Jean




Horaire: voir la 
Ċ
admin web,
27 avr. 2017 à 23:17