Archives

 

 




Celebration des trente ans de sacerdoce de Père Jean 

C’était jour de fête ce dimanche 25 novembre en notre petite église de St Hermogène. Outre la joie de la Résurrection de Notre Seigneur, un évènement particulier nous a fraternellement réunis autour de notre « proestos », le père Jean, qui célébrait en effet avec la grâce de Dieu le 30° anniversaire de son sacerdoce. Date importante dans la vie d’un homme s’il en est, ce jubilé a également revêtu un caractère tout sauf anecdotique pour chacune des personnes présentes en ce jour de la clôture de la Présentation au Temple de la Mère de Dieu et de la mémoire de Sainte Catherine. Chaque anniversaire d’ordination ou de consécration d’un temple est toujours l’occasion de mettre en exergue la vitalité de l’Eglise, fidèlement dévouée à son époux. Comme évoqué, de nombreux amis et paroissiens, plus ou moins anciens, se sont donc retrouvés pour célébrer ensemble la divine liturgie, certains n’ayant pas hésité à effectuer une route, parfois longue, pour venir. A évènement exceptionnel, nombre exceptionnel de célébrants puisqu’autour de notre recteur ont concélébré le père Serge (Vaes), second prêtre de la paroisse , le Père René (Fouilleul) venu de Montpellier, ainsi que le père diacre Claude (Le Gouadec), qui officie à la paroisse depuis de nombreuses années.

Nous avons regretté l’absence de de notre Archevêque, Monseigneur Gabriel, gravement malade et notre joie a été également atténuée puisque le 22 et le 24 novembre le Seigneur a respectivement rappelé à ses côtés, l’archiprêtre Michel (Hériard) et l’archiprêtre Michel (Ossorguine).  A l’heure qu’il est ces deux serviteurs du Verbe se trouvent au milieu des puissances célestes et rendent gloire au Créateur. Quant à nous, c’est emplis de la paix divine que nous avons quitté notre modeste temple en direction de l’église St Irénée. Car si en 30 ans de prêtrise de p. Jean et de seconde vie pour la paroisse St Hermogène, certaines choses ont évolué (comme par exemple la réalisation de fresques par Elisabeth Hériard, ajourd’hui veuve de p. Michel) d’autres demeurent immuables et tiennent en des contraintes toutes pratiques. Notre impossibilité à organiser de grandes agapes festives pour des raisons de place est un inconvénient qui en fait…nous convient très bien. C’est toujours l’occasion de solliciter l’accueil bienveillant et chaleureux de nos frères et sœurs de St Irénée avec qui des liens d’amitié très forts se sont noués depuis 3 décennies, voire un peu plus pour certains. A l’instar de Père Daniel (Bresson) et son épouse et de Marie Borrely,  presbytera de p. André,  plusieurs paroissiens ont partagé avec nous un repas et un moment d’une grande convivialité, comme à chaque fois.  Le Père Serge a saisi cet instant pour rendre un hommage appuyé à l’engagement dévoué de p.Jean ; les paroissiens lui ont offert une lunette astronomique pour qu’il puisse « contempler le ciel » aussi autrement……

Nul doute que nous trouverons rapidement un nouveau « prétexte » pour rejoindre nos frères et soeurs de St Irénée. En attendant, renouvelons nos prières pour que le Seigneur accorde à son serviteur Jean de longues années dans la santé, la sérénité et la miséricorde divine.
Chers frères et sœurs en Christ,
                                                                                                                                                                                                                                                                        
                                                                                                                                                                                                                                                                        Lecteur Philippe (Gueit)






Chers Frères et Sœurs en Christ
Le 30e  anniversaire de mon ordination est aussi celui de la paroisse St Hermogène telle qu’elle a pu reprendre vie; une occasion d’évoquer les fondements de la vie paroissiale. Par définition « communauté », la paroisse est par essence un « corps » dont le Christ est la tête en cela que tous les membres du corps sont reliés en Lui et par Lui, comme le développe avec force et insistance l’apôtre à diverses reprises : ainsi « A plusieurs nous sommes un seul corps en Christ étant tous membres les uns des autres, chacun pour sa part. Et nous avons des dons qui diffèrent selon la grâce qui nous a été accordée » (Rm XII 5-6) ; ou encore « si un membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance ; si un membre est à l’honneur, tous les membres partagent sa joie » (I Cor, XII-26). On peut dire qu’il y a là aussi un mystère  éclairant et éclairé par l’affirmation « les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre l’Eglise, car elle est invisiblement à tout instant le Corps du Christ sur Lequel repose l’Esprit, « le Souffle » ; ainsi l’Eglise est en même temps insufflée et inspirée.

     Je veux dire ici que ces considérations ne sont pas des abstractions mais vraiment le bilan de mon expérience. Il ne fait aucun doute que lorsque nous nous réunissons pour « accomplir le sacrifice non sanglant », le Christ est parmi nous. Il ne fait aucun doute que lorsque nous nous plaçons dans une juste démarche de célébration liturgique, humbles et à l’écoute, le Seigneur, « notre seul Prêtre », nous accorde son soutien miséricordieux. Il ne fait aucun doute que s’Il se tait momentanément, par pédagogie ou à cause de notre propre éloignement, Son silence n’est pas abandon mais attente et patience : « La longue patience du Seigneur, c’est votre salut » (II Pierre III-15). Appuyons donc ensemble notre patience sur celle du Seigneur. Cette patience est mère de la confiance, la confiance source même de toute vie et de guérison.        

                                                                                                                                                                                                                                                                           père Jean        






Comments