L’Ascension

    L’Ascension du Christ implique un symbolisme que beaucoup ignorent. Les esprits forts ricanent, les enfants posent des questions sur les voyages spatiaux, les tenants du New Age évoquent la visite et le départ d’un extraterrestre. En réalité, Jésus sort de notre espace pour entrer, avec notre humanité et le cosmos dont elle est responsable, dans la pleine gloire de Dieu. Evénement en Dieu même, événement dans l’éternité ! Qu’il « s’assoie à la droite du Père » signifie qu’il est associé à la souveraineté divine ; certes, il l’était, mais il l’est désormais avec nous, qui tous sommes en lui.

    L’Ascension est ainsi l’accomplissement par le Christ des tâches dévolues à l’homme et dont il nous rend la réalisation possible, par l’union de l’Esprit et de notre liberté. Le Christ « récapitule » toutes choses ? il « rassemble en lui ce qui est aux cieux et ce qui est sur la terre » (Eph. 1,10). Dans son humanité intégrale, il transcende l’opposition du masculin et du féminin et permet la libération de la femme et l’authenticité durable de l’amour; en lui, autour de lui, même sur la Croix quand il répond au larron, la terre devient paradis ; par son Ascension, après avoir uni le monde terrestre et les mondes angéliques, il fait offrande au Père de tout le crée.


    Ainsi se réalise secrètement, sacramentellement, la volonté originelle de Dieu, c’est-à-dire la glorification, la « déification » de l’humanité, sa « participation à la nature divine » (2 P 1,4). Le Christ accomplit notre vraie destinée et nous la propose en lui, dans une dynamique de transfiguration. Désormais, dit Paul, « vous êtes passés par la mort et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu ; lorsque le Christ, votre vie, sera manifesté, vous aussi vous serez manifestés avec lui dans la gloire » (Col 3, 3-4). L’Ascension est toute tournée, à travers la Pentecôte, vers le retour du Christ, ou plutôt vers le retour de toutes choses en Christ.


Extrait du livre « CHRIST EST RESSUSCITE »
Olivier Clément