Dimanche de Sainte Marie l’Egyptienne 


Il semblerait que, dès le XIème siècle, notre Eglise tint à commémorer, le 5ème dimanche de Carême, la mémoire de Marie l’Egyptienne, cette grande pénitente, pour exhorter, par son exemple, les pécheurs à la pénitence.

             Notre sainte Mère Marie était native d’Egypte. Dès l’âge de douze ans elle quitta ses parents pour se rendre à Alexandrie où elle mena pendant dix-sept ans une vie de débauche. Puis un jour, poussée par la curiosité, elle s’embarqua pour Jérusalem avec une foule de Lybiens et d’Egyptiens, offrant son corps pour prix de la traversée et entraînant beaucoup d’hommes dans l’abîme de perdition. Quand ils parvinrent à la Ville Sainte, elle suivit la foule qui se pressait vers la basilique de la Résurrection, le jour de l’Exaltation de la Croix. Mais lorsqu’elle parvint sur le seuil de l’église, une force invisible l’empêcha d’y entrer malgré ses efforts réitérés, alors que les autres pèlerins franchissaient aisément la porte. Son cœur en fut frappé et, face à l’icône de la Mère de Dieu, il lui apparut qu’elle devait changer de vie pour apaiser Dieu par sa pénitence. Dans ces sentiments, elle revint à l’église et y pénétra facilement. Quand elle eut adoré la vénérable Croix, elle quitta le jour même Jérusalem, traversa le Jourdain et se rendit dans le désert intérieur, où elle mena pendant 47 ans une vie d’extrême austérité, au-dessus du pouvoir de l’homme, priant seule le seul Dieu, sans rencontrer personne, ni homme, ni animal.

             Après tant d’années, elle rencontra un ermite du nom de Zozime. Après lui avoir raconté sa vie depuis le début, elle le pria de lui apporter en communion les Mystères Immaculés, le Grand Jeudi de l’année suivante. Ce que Zozime accomplit fidèlement. L’année d’après, en revenant, Zozime la trouva morte, étendu sur la terre, et, près d’elle, ces mots qui disaient : « Père Zozime, ensevelis le corps de la misérable Marie. Je suis morte le jour où j’ai communié aux Saints Mystères. Prie pour moi. » Sa mort était survenue en l’an 398.

Comments