Site internet de l'Archevêché des Églises Orthodoxes Russes en Europe Occidentale http://www.exarchat.org

Communiqué de l’administration diocésaine
 du 14 novembre 2016


Au cours de cette réunion, l’assemblée a procédé à la pré-élection du père Prophyrios (Plant) à la dignité d’évêque auxiliaire de l’Archevêché. Sa candidature sera transmise au Saint Synode afin que celui-ci procède à son élection canonique. 

L’assemblée a également procédé à l’élection des membres du conseil de l’Archevêché, dont conformément au statuts , la moitié des membres arrivaient en fin de mandat. 

Ont été élus : 

CLERCS 

TITULAIRES 
Protodiacre Vsevolod Borzakovsky 
R.P. Théodore Van der Voort 
R.P Christophe d’Aloisio 

SUPPLÉANTS 
R. P. Peter Sontag 
R. P. Daniel Cabagnols 
R. P. André Drobot 


LAÏCS 

TITULAIRES 
Mme Barbara Vaux 
Mme Élisabeth von Schlippe 
Mr Nicolas Lopoukhine 

SUPPLÉANTS 
Mr Alexis Obolensky 
Mr Didier Vilanova 
Mr Alexis Martinovsky 


À la suite de ces élections la composition du Conseil de l’Archevêché devient la suivante : 


Monseigneur Jean de Charioupolis, Exarque du patriarche Œcuménique 

Hiéromoine Porphyre (Plant), (sous réserve de son élection par le Saint Synode) 

CLERCS 
R.P. Christophe d’Aloisio 
Protodiacre Vsevolod Borzakovsky 
R.P. Alexandre Fostiropoulos 
R.P. Jean Gueit 
R.P. Serge Sollogoub 
R.P. Théodore Van der Voort 

LAÏCS 
Mme Élisabeth von Schlippe 
Mme Barabara Vaux 
Mr Nicolas Lopoukhine 
Mr Alexis Obolensky* 
Mr Michel Ribault Menetière 
Mr Alexandre Victoroff 

* Mme Lydia d’Aloisio ayant annoncé sa décision de démissionner dans le cas où le R. P. Christophe d’Aloisio serait élu, elle a été remplacée par le premier laïc suppléant élu. 

Lors de sa prochaine réunion, convoquée pour le 9 décembre 2016, le Conseil procèdera à l’élection d’un vice-président, d’un secrétaire et d’un trésorier. Par ailleurs cette assemblée fut l’occasion d’un large échange d’informations de l’Administration diocésaine et des participants à l’Assemblée, sur la vie de l’Archevêché.

* * *

Communiqué de l’Archevêché du 20 février 2016

Frères et sœurs bien aimés,

Je me dois de vous informer de graves évènements qui se sont passés à Nice ces deux derniers jours.

Le jeudi 18 février les responsables de la gestion du « Cimetière russe de Caucade » qui, rappelons-le, est une propriété privée de l’association cultuelle ACOR-Nice, ont découvert en fin d’après-midi que les serrures du portail du cimetière avaient été forcées, qu’une chaîne et un cadenas avaient été posés sur la grille et qu’un panneau stipulant que le cimetière était la propriété conjointe de la Fédération de Russie et de l’Église orthodoxe russe depuis 1867, indiquant les horaires de visite ainsi que le téléphone des nouveaux responsables avait été installé.

Le vendredi 19 février le marguillier et quelques fidèles sont revenus sur les lieux accompagnés d’un serrurier et d’un huissier de justice. Surprise ! Le Père André Eliseev est arrivé lui aussi accompagné d’un huissier de justice et de quelques personnes. Il s’en est suivi un dialogue de sourd car manifestement le Père André Eliseev se disant mandaté par la Fédération de Russie n’a pas pu montrer un quelconque acte juridique l’autorisant à faire valoir son droit d’agir. Finalement avec l’accord des deux huissiers un compromis a été trouvé et le serrurier a posé une nouvelle serrure et chacune des deux parties a reçu une clef du portail du cimetière.

Cependant le Père André Eliseev ne se contentant pas de ne posséder que la clef du portail a également réclamé d’obtenir la clef de la Chapelle et de la maison sises à l’entrée mais cela lui a été refusé par le responsable de l’ACOR-Nice. Afin d’éviter toutes polémiques futures un inventaire du mobilier a été fait par les deux huissiers.

Ayant constaté la disparition d’un Registre du cimetière, Monsieur Alexis Obolensky, responsable de l’ACOR-Nice, a déposé plainte auprès de la police, pour vandalisme, intrusion sur une propriété privée et vol d’un Registre contre Monsieur Frizet responsable de l’Association de la cathédrale de Nice.

Aussi dans un communiqué, l’ACOR-Nice, propriétaire légitime du cimetière de Caucade, proteste vigoureusement contre cette nouvelle agression de la Fédération de Russie et du Patriarcat de Moscou ainsi que de leur occupation sur les lieux, elle qui pendant toute la période soviétique a entretenu fidèlement le cimetière et en a acquitté toutes les charges y afférentes. Elle en appelle donc à nouveau à la Justice et à la protection des autorités de la République Française. Il est bon frères et sœurs que vous sachiez que le jugement du Tribunal de Grande Instance de Nice du 20 janvier 2010 accordait la propriété à la FDR que pour la parcelle sur laquelle est construite la cathédrale en vertu du bail emphytéotique. Ce jugement ne portait que sur cette parcelle.

Il est bon de savoir que :

1°. En 2014 (le 29/01, 29/04 et 23/09), l’Ambassadeur de la Fédération de Russie a fait déposer, de manière usurpatoire et à l’insu de l’ACOR-Nice, des actes rectificatifs au Service de la Publicité Foncière (« Hypothèques ») revendiquant la propriété du site « Cimetière de Caucade », de trois terrains jouxtant la cathédrale Saint-Nicolas, ainsi que de l’église Saints-Nicolas-et-Alexandra de la rue de Longchamp, que possède et gère l’ACOR-Nice depuis l’origine.

2°. Le 24/04/2015, contre cet acte litigieux, l’ACOR-Nice, selon le droit français, a assigné en justice l’Ambassadeur de Russie et Maître Hugounenc, Notaire niçois qui a procédé aux actes litigieux pour le compte de l’État russe. L’affaire judiciaire est toujours en cours ; et il faut remarquer que la Fédération de Russie a choisi de ne pas répondre à l’assignation judiciaire.

Je me dois de vous dire aussi qu’au cours d’une rencontre que j’ai eue avec Monseigneur Nestor de Chersonèse le 10 de ce mois, il m’a été signifié que la situation allait bouger à Nice concernant le cimetière de Caucade , l’église de Longchamp et, dans la même foulée, que d’autres églises historiques devraient revenir à la Fédération de Russie.

Ces actions, frères et sœurs, nous ébranlent et nous interrogent sur le but du Patriarcat de Moscou à travers la Fédération de Russie. Celle-ci se réclame continuatrice du Saint Synode de la Russie Impériale. Ceux qui manipulent ainsi l’histoire oublient que les autorités Soviétiques qui ont succédé à l’Empire Russe ont pendant 70 ans détruit les églises sur le sol russe, éliminé le clergé de l’Église orthodoxe russe, persécuté sauvagement les chrétiens orthodoxe de Russie et ne se sont jamais préoccupés des églises ici en France.

L’histoire reste l’histoire et personne ne peut la falsifier à son gré. Pendant toute cette période d’agonie de la chrétienté russe, les fidèles et les responsables de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale, sous la juridiction canonique du Patriarcat Œcuménique, ont avec un grand respect entretenu matériellement tous ces lieux et ont pieusement gardé la mémoire de ceux qui y reposaient. Aussi nous ne comprenons pas l’acharnement de l’État et de l’Église russe à expulser de force ses concitoyens russes et orthodoxes qui ont su faire vivre ces lieux de mémoire, les ont entretenus financièrement et dont la propriété leur a été reconnue par la justice française selon les lois immobilières de notre code juridique en vertu de la constance et de la fidélité manifestée par plusieurs générations de fidèles orthodoxes d’origine russe.

Frères et Sœurs bien aimés, nous allons bientôt entrer dans le temps du Grand Carême qui nous prépare à accueillir la Lumière de la Résurrection. J’invite donc chaque paroisse et chaque communauté à prier et à jeûner pour que le Seigneur affermisse nos marguilliers et les responsables de nos églises qui luttent pour faire valoir les droits acquis par les associations cultuelles selon les décisions de la Justice française et à porter aussi dans vos prières et dans votre jeûne nos frères et sœurs qui sont en grande souffrance devant ces menaces d’expulsions de leur lieu de culte. Nous saisirons partout la justice des hommes, mais nous demandons à Dieu Seul de rendre justice et d’éclairer les autorités civiles et religieuses pour que la paix règne dans les « Saintes Églises de Dieu ».

+ Jean, Évêque de Charioupolis, Vicaire Patriarcal et Locum-tenens



Communiqué du Conseil de l’Archevêché

Le Conseil de l’archevêché a tenu deux réunions plénières afin de préparer selon les statuts l’ AGE qui élira le nouvel archevêque. Une commission chargée de l’examen du corps électoral s’est déjà réunie une première fois.

La convocation à cette AGE a déjà été envoyée dans les paroisses communautés et monastères(circulaire N° 01-16 du 26 janvier 2016). Afin que chacun puisse en prendre connaissance il suffit de s’adresser au Recteur de sa paroisse. Le seul point à l’ordre du jour autorisé par les statuts est la pré-élection du nouvel archevêque.

Les candidatures à l’élection doivent être présentées au Conseil de l’Archevêché avant le 14 février 2016 . Cette liste des candidats sera soumise au Saint Synode et rendue publique avant l’élection selon nos statuts. L’AGE est convoquée pour le lundi 28 mars 2016 et elle se tiendra au Couvent de l’Annonciation 222 rue du Faubourg St Honoré 75008 Paris près de la Cathédrale pour des raisons pratiques.

Selon le rapport de la Commission chargée du corps électoral nous comptons environ 160 prêtres et diacres accompagnés de 120 délégués laïcs, ces derniers étant essentiellement ceux élus en 2013.

Toutes ces propositions ont été soumises par la délégation du Conseil de l’archevêché le 1er février 2016 à la Commission des Eparchies du Trône Œcuménique sous la présidence du Métropolite Géron Constantin du siège majeur de Nicée qui les a approuvées, et qui nous a demandé de bien respecter les délais afin que le Saint Synode puisse procéder à l’élection canonique en sa session du 19 avril 2016.

La délégation du Conseil de l’Archevêché composée de l’Evêque Jean de Charioupolis Locum tenens, des Archiprêtres Alexandre Fostiropoulos, Serge Sollogoub et du secrétaire du CA Monsieur Serge Runge a reçu de la part de Sa Sainteté le Patriarche Œcuménique Bartholomée Ier et de ses collaborateurs un accueil très chaleureux. Elle a pu participer à la célébration des Trois Saints Docteurs ainsi qu’à la Liturgie du dimanche et elle s’est rendue en divers lieux historiques dont le cimetière de Baloukly où reposent les patriarches et elle a célébré une panykhide sur la tombe du Patriarche Phothios II qui le 17 février 1931 octroya le Tomos Patriarcal à l’Archevêché.




HOMELIE DU PATRIARCHE BARTHOLOMEE
           A l’occasion de la Synaxe Des Eglises orthodoxes
           Le 24 janvier 2016

Le 22 janvier 2016 les travaux de la synaxe des primats et des représentants de toutes les Églises orthodoxes locales ont débuté au Centre orthodoxe du Patriarcat de Constantinople à Chambésy, sous la présidence du patriarche œcuménique Bartholomée I. Au cours de la synaxe, qui a duré une semaine, les primats ont discuté sur les questions concernant la préparation du Concile Panorthodoxe(ci-joint la Communiqué du Secrétariat de la Sainte Synaxe).
  
Le dimanche 24 janvier en l’église Saint-Paul à Chambésy, le patriarche œcuménique Bartholomée a présidé la divine liturgie. Avec Sa Sainteté ont concélébré les patriarches : d’Alexandrie Théodore, de Jérusalem Théophile, de Moscou Cyrille, de Roumanie Daniel, de Géorgie Élie, de Serbie Irénée, de Bulgarie Néophyte, ainsi que les archevêques : de Chypre Chrysostome, d’Albanie Anastase, des Terres tchèques et de Slovaquie Rostislav et le métropolite d’Ilia Germain (représentant de l’Église orthodoxe de Grèce). Après la lecture de l’Évangile, le patriarche Bartholomée a prononcé une homélie :

Chers frères dans le Christ,

Pendant des décennies, le Centre orthodoxe de Chambésy, sous la direction de feu le Métropolite Damaskinos Papandreou de bienheureuse mémoire et aujourd’hui de son Éminence le Métropolite Jérémie de Suisse, secrétaire de la préparation du Saint et Grand Concile a œuvré, afin que, d’une manière plus précise nous établissions la place et la vocation de l’orthodoxie dans le monde, reconnaissant l’évolution de notre paysage ecclésial et des transformations sociales. Ce temps de préparation était long. Il était néanmoins nécessaire pour permettre le déploiement d’une conscience synodale et catholique dans le cadre des fermentations Panorthodoxes. Ces travaux servent déjà de lumière pour la vie de notre Église et constituent une source d’enrichissement spirituel. Nous sommes aujourd’hui au carrefour de l’Histoire. Car les immenses difficultés que rencontrent nos contemporains, exigent une responsabilité qui dépasse nos institutions ecclésiales. Le Christ est au centre de l’Histoire. Le Christ est au coeur de la vie. Il chemine dans le temps. Il passe à côté de nous, comme à Jéricho à côté de l’aveugle. Selon la lecture évangélique de ce jour, l’entendons-nous, lui et sa foule ? Le voyons-nous, absorbés que nous sommes dans notre pauvreté et dans notre mendicité ? Selon le commentaire de saint Éphrem le Syrien, « Quand Notre Seigneur vit que les yeux de son cœur étaient bien ouverts, et les yeux de son corps aveugles, il éclaira les yeux du corps, comme ceux du cœur, afin que, lorsque l’aveugle voudrait encore accourir à lui, il vît clairement son Sauveur. » L’avènement du Saint et Grand Concile servira à porter le témoignage de l’unité de l’Église orthodoxe. Sa convocation, marquera une étape décisive dans la vie de notre Église. Le Concile ne se limite pas à l’événement en tant que tel, mais il doit être compris comme un processus englobant, qui se déploie aussi bien dans le passé que dans le futur. Nous sommes donc déterminés à proclamer le message de l’orthodoxie. Nous reconnaissons que l’unique manière de sortir des tentations confessionnelles isolationnistes passe par le dialogue dans un échange constant avec « l’autre », qu’il soit notre prochain, la société, les autres religions, ou encore la création tout entière. Car l’orthodoxie est une culture du dialogue à travers laquelle Dieu parle au monde. Dieu est identique à la Parole, comme nous le dit saint Jean le Théologien : « Au commencement était le Verbe, le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu » (Jn 1, 1). Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ Λόγος καί ὁ Λόγος ἦν πρός τόν Θεόν, καί Θεός ἦν ὁ Λόγος. Il est aussi de notre devoir, à la fois d’entendre et de dire cette Parole de Dieu : en faveur des chrétiens persécutés, et des minorités qui à travers le monde sont en danger ; en faveur de ces centaines de milliers de réfugiés qui fuient la guerre et souffrent le déracinement ; en faveur de ces personnes les plus vulnérables, laissées pour compte ; en faveur des victimes du terrorisme et des fondamentalismes, qui utilisent et abusent de la religion pour des raisons politiques. Notre espoir est que ce Concile serve de catalyseur pour l’humanité tout entière, grâce à la force d’unité dont il sera porteur entre les Églises orthodoxes. Aujourd’hui, nous posons un jalon historique. Et nous confions à la prière d’un plus grand nombre l’avènement du Saint et Grand Concile. Nous sommes attachés à la continuité théologique de notre foi en Jésus-Christ qui s’exprime à la fois par l’enseignement de l’Église apostolique et par celui des Pères de l’Église. Si notre Tradition est riche et bien vivante, elle doit trouver les mots qui parlent aux défis de notre époque. Ce fut, en effet, l’intuition prophétique de notre prédécesseur le Patriarche Oecuménique Athénagoras lorsqu’il confiait à Olivier Clément : « Le grand concile que nous préparons permettra au peuple de notre Église de mieux vivre sa foi. Il s’efforcera non seulement d’adapter à l’homme d’aujourd’hui notre Tradition, mais de rendre à celle-ci sa force d’inspiration et de renouveau. Par là, il fera œuvre œcuménique. Le renouveau est inséparable du partage et de l’unité ».




L’Archevêque Gabriel de Comane a été rappelé à Dieu le 25 octobre 2013


Mémoire éternelle !

Le Christ est ressuscité ! En Vérité, Il est ressuscité !

Paris le 26 octobre 2013 --- Élu à la tête de l’Archevêché des Églises Orthodoxes Russes en Europe Occidentale (Exarchat du Patriarcat Œcuménique) en 2003, Son Éminence l’Archevêque Gabriel de Comane (+1946-2013) a été l’évêque diocésain de l’Archevêché jusqu’en janvier 2013, date à laquelle il avait demandé sa mise en retraire pour raison de santé.

Au-delà de tout, mais aussi de son courage à affronter la maladie avec discernement et joie, ce qui restera dans la conscience et la mémoire de l’Église, ici et maintenant, c’est l’image du Bon Pasteur qui a su toujours donner de sa personne avec vivacité, élan, émotion et convivialité, pour que la parole de l’Évangile soit écoutée et entendue avec joie dans la société d’aujourd’hui.

Les évêques orthodoxes de France s’associent au deuil de tous les clercs et laïcs de l’Archevêché, et adressent à Son Éminence le Métropolite Emmanuel, Exarque temporaire, Gardien du Siège archiépiscopal et Président du Conseil de l’Archevêché, et à travers lui à l’ensemble des orthodoxes de France et en  Europe Occidentale, les plus sincères et fraternelles condoléances.

Les paroles de Son Éminence l’Archevêque Gabriel, dans sa dernière lettre pastorale aux fidèles de l’Archevêché à l’occasion de son départ en retraite, restent pleinement d’actualité aujourd’hui, et constituent pour nous tous un véritable testament-message, un message d’espérance, d’amour et de liberté en Christ :

« Voici donc venu le moment de me séparer de vous. Comment vous exprimer tout ce que j’ai sur le cœur ?

Je suis persuadé que mon départ répond à la volonté de Dieu et qu’avec l’aide du Seigneur il constituera un bien tant pour vous que pour moi. Par-delà les tribulations de toutes sortes, gardez toujours confiance et espérance dans la Parole de Dieu qui est le gage de notre salut et l’affermissement de notre Église. La liberté de l’Église et l’universalité de la foi orthodoxe sont les deux trésors que j’ai cherchés à conserver, à l’exemple de mes prédécesseurs à la tête de cet Archevêché. Et cela, pour nous permettre de nous concentrer sur ce qui, aux yeux des disciples du Christ, doit constituer l’ « unique nécessaire » : « Cherchez le Royaume de Dieu et Sa justice », comme nous le commande le Seigneur lui-même (Mat 6,33). Ma dernière parole sera pour vous demander de garder votre amour et votre unité. C’est là le trésor le plus précieux de notre Église. Daigne le Seigneur « vous donner un esprit de sagesse » et « illuminer les yeux de votre cœur pour vous faire voir quelle espérance vous ouvre son appel ».(Eph 1,  -18).

Les évêques orthodoxes de France demandent à tous les orthodoxes de France de prier avec ferveur pour le repos de l’âme de feu Son Eminence l’Archevêque Gabriel de Comane.

 Mémoire éternelle !


Communiqué, Bulletin N°8 

du 1 novembre 2013 au 5 janvier 2014



Ċ
admin web,
7 nov. 2016 à 10:26