Flyer SOC 2022 - 28 sept (7).png

Acte 1 La création de l’homme

Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa.

Dieu les bénit et Dieu leur dit : « Soyez féconds et prolifiques, remplissez la terre et dominez-la. Soumettez les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et toute bête qui remue sur la terre ! »

Dieu vit tout ce qu’il avait fait. Voilà, c’était très bon.

 

Attention au contresens : selon le texte original, grec ou hébreu : Dieu ne crée pas l’homme pour dominer mais comme le seigneur de la terre, et comme prince des êtres vivants. Ni domination ni soumission mais une royauté responsable.

 

Acte 2 La mission de l’homme

Le Seigneur Dieu prit l’homme et l’établit dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le garder

 

Pourquoi donc cultiver le Paradis ? où tout est donné gratuitement et sans effort ?

Cultiver le Paradis, c’est ajouter la culture à la nature pour la faire grandir, l’offrir à Dieu et lui donner du sens.

Pourquoi garder le Paradis. Pourquoi garder un lieu sans danger ?

Eh bien parce que le danger c’est l’homme lui-même. L’homme créé libre et responsable à l’image d’un Dieu libre et responsable. Garder le Paradis c’est garder la relation avec Dieu, c’est éviter la sortie de route, le péché.

 

Acte 3 La chute

Le serpent dit à la femme : « Non, vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que le jour où vous mangerez (de l’arbre), vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux possédant la connaissance de ce qui est bon ou mauvais. 

La femme vit que l’arbre était bon à manger, séduisant à regarder, précieux pour agir avec clairvoyance. Elle en prit un fruit dont elle mangea, elle en donna aussi à son mari, qui était avec elle, et il en mangea

Dieu dit à Adam : « Parce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais formellement prescrit de ne pas manger, le sol sera maudit à cause de toi. A la sueur de ton visage tu mangeras du pain jusqu’à ce que tu retournes au sol. Oui, tu es poussière et à la poussière tu retourneras. »

Le Seigneur Dieu expulsa Adam du jardin d’Eden pour cultiver le sol d’où il avait été pris.

 

La tentation est le pendant de la liberté : le serpent est ici la figure de cette liberté livrée à elle-même « vous serez comme des dieux ».

Le fruit de la connaissance du bien et du mal devient subitement bon à manger, beau à contempler et porteur d’intelligence. 3 mirages !

L’homme est alors exilé du Paradis, il entre dans une nouvelle dimension marquée par la mort et la malédiction de la terre. Mais Dieu ne va pas cesser de l’accompagner : il lui demande de continuer à cultiver la terre, donc de poursuivre sa mission initiale.

La voie du retour à Dieu, c’est le repentir, le renversement des mirages :

  • Le fruit était bon à manger, cessons de voir les créatures de Dieu comme des matières premières ou des ressources humaines, soyons sobres et jeûnons !

  • Le fruit était beau à contempler, cessons de désirer toutes les beautés, revenons vers l’intérieur !

  • Le fruit était porteur d’intelligence, cessons de vouloir tout savoir, aimons et disons merci !

Le Paradis n’est plus fermé : le Christ l’a rouvert définitivement, il nous a révélé son arbre central, la Croix. Le Christ élevé en croix est le serpent d’airain qui nous donne son corps comme fruit d’immortalité : bon à manger, beau à contempler, porteur d’intelligence.