top of page

Patriarcat de Moscou

100 avenue Clot-Bey 13008 Marseille

Le Christ est ressuscité !

En vérité il est ressuscité !

Pendant 40 jours nous célébrons chaque jour la Pâque du Seigneur

Jusqu'à son Ascension dans les cieux

image0.jpeg

Deux méditations sur la résurrection

Anastasis-église-de-Chora-Istanbul-2-1024x591.jpg

Dimanche 12 mai

4ème dimanche de Pâques

Le paralytique

10h10 : Heures

10h30: Liturgie 

Tropaire de la Résurrection ton 3 

Que les cieux se réjouissent, / que l’allégresse règne sur la terre ! / Car le Seigneur a déployé la force de son bras, / et par la mort a terrassé la mort. / Etant le premier-né d’entre les morts, / il nous a délivré des entrailles de l’enfer / et donné au monde une grande miséricorde.

Kondakion du paralytique ton 3 

Dans ta divine sollicitude, Seigneur, / relève mon âme cruellement paralysée / par toutes sortes de péchés et d’actions insensées, / comme tu as jadis relevé le paralytique, / afin que sauvé, je te crie : / Christ compatissant, gloire à ta puissance !

Lecture de l'Évangile selon saint Jean (V,1-15)
En ce temps-là, à l'occasion d'une fête juive, Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s'appelle en hébreu Bethzatha, et qui a cinq portiques. Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l'eau ; car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l'eau, et celui qui y descendait le premier après que l'eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie.
Il y avait là un homme malade depuis trente-huit ans. Jésus, l'ayant vu couché, et sachant qu'il était malade depuis longtemps, lui dit : « Veux-tu être guéri ? » Le malade lui répondit : « Seigneur, je n'ai personne pour me jeter dans la piscine quand l'eau est agitée, et, pendant que j'y vais, un autre descend avant moi ». « Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton grabat, et marche » . Aussitôt cet homme fut guéri ; il prit son grabat, et marcha. C'était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : « C'est le sabbat ; il ne t'est pas permis de porter ton grabat. » Il leur répondit : « Celui qui m'a guéri m'a dit : Prends ton grabat, et marche ». Ils lui demandèrent : « Qui est l'homme qui t'a dit : Prends ton grabat, et marche ? » Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c'était, car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu.
Plus tard, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit : « Voici, tu as été guéri ; ne pèche plus, de peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire. » Cet homme s'en alla, et annonça aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri.

bottom of page